You are here

Communiqués de presse

Sunday, 5. June 2016
Thibault Schnee...

actif-trafiC, qui a fait partie du comité des associations environnementales combattant la Traversée du Lac déplore vivement l’acceptation de cette dernière par le peuple et exige la mise en œuvre de l’initiative « pour la mobilité douce » (acceptée il y a 5 ans !) avant tout crédit d’étude pour la Traversée. Le vrai débat sur la traversée ne fait que commencer !

L’association actif-trafiC a dénoncé ce matin l’arnaque de l’initiative « pour un financement équitable des transports », émanant du lobby routier, qui demande d’allouer tout l’argent de l’impôt sur les huiles minérales à la construction de routes. Lors d’une action sur la place de l’Europe à Lausanne, la gueule grande ouverte d’une voiture déguisée en prédateur aux dents effrayantes engloutissait des liasses de billets. 

L’association actif-trafiC a fêté les 5 ans de l’acceptation de l’initiative en faveur de la mobilité douce (IN 144) par le corps électoral genevois le 15 mai 2011. Lors d’une action devant les Bains des Pâquis, une installation a été mise en place afin de symboliser les ordres de grandeur de plusieurs exemples de dépenses publiques cantonales.

Communiqué de presse · 22 mars 2015 actif-trafiC avait, aux côtés de nombreuses associations des quartiers de St-Jean, Charmilles et Europe, déposé en avril 2014 plus de 650 signatures à l’appui d’une pétition demandant un réaménagement complet d’un carrefour particulièrement dangereux situé entre l’avenue d’Aïre et le chemin François-Furet. Deux ans après, la Ville de Genève est sur le point de terminer un réaménagement partiel de ce croisement situé à proximité de nombreuses écoles et lieux d’accueil pour enfants et adolescents. Une victoire d’étape… qui appelle une action du canton !

Les trains de nuit ont-ils un avenir ? Cette question se trouvait au centre de la table-ronde d’actif-trafiC qui s’est tenue le 22 octobre à Berne. Les près de 60 invités qui ont suivi la discussion se sont vite rendus à l’évidence en écoutant Armin Weber, le chef du transport international de personnes des CFF : l’offre de trains de nuit ne revêt pas une importance stratégique pour les CFF ou la Deutsche Bahn (DB). Les CFF misent en ce moment essentiellement sur les liaisons de jour pour les transports sur de longues distances, donc sur les TGV dans un rayon de 4 à 6 heures.

Ce matin mercredi 30 septembre, actif-trafiC a déposé à Berne, avec plusieurs autres organisations, 11'114 signatures pour la pétition « Sauvons les trains de nuit ». Les signataires demandent à la Conseillère fédérale Doris Leuthard et aux CFF de préserver les liaisons de trains de nuit encore existantes, de remettre en service les lignes supprimées ces dernières années et d’élaborer une stratégie durable pour le trafic ferroviaire de passagers.

Les citoyen·ne·s bâlois ont accepté il y a presque cinq ans le contre-projet à l’Initiative des villes et ainsi approuvé une réduction du trafic automobile de 10% d’ici 2020. Par la suite, le Conseil d’Etat a mis en place une stratégie de mise en oeuvre. Près de cinq ans plus tard,  il en a résulté une charte en matière de transports. actif-trafiC est certes très déçu du maigre résultat, mais espère toutefois que l’introduction d’une valeur de référence telle que le besoin en espace des divers modes de transport guidera à l’avenir le quotidien dans la planification et la politique à Bâle.

 

Dans le cadre d’un week-end européen d’action. La tendance est claire : chaque année, de nouvelles liaisons en train de nuit disparaissent, allongeant sans cesse la liste, déjà longue, de trains supprimés. La riposte s’organise à l’échelle européenne avec le week-end d’action « Sauvons les trains de nuit », inauguré par l’action d’actif-trafiC ce vendredi matin à la gare Cornavin à Genève. 

Pages

Devenir membre